Miser sur le dialogue social

Le dialogue social n'a pas toujours bonne presse, que ce soit dans les entreprises privées ou la fonction publique, et la négociation sociale est encore trop souvent vue comme un mal nécessaire, à éviter ou limiter chaque fois que possible…

On lui reproche, en vrac, la perte de temps qu'il engendre, le manque de coopération des organisations syndicales, leur méconnaissance des contraintes économiques ou budgétaires (voire leur coupure du terrain !)…

Et pourtant, le dialogue social est bien là, incontournable, plus que jamais nécessaire au bon fonctionnement des organisations. Il présente en effet nombre d'avantages : dégager des solutions viables car acceptées par les acteurs, construire une confiance réciproque entre les participants, faire la pédagogie des enjeux, donner du recul et s'inscrire ainsi dans le moyen et long terme…

"Le temps du dialogue social n'est jamais improductif. Il permet de construire une confiance réciproque entre les acteurs, confiance sans laquelle aucun changement n'est possible" (Jean-Paul DELEVOYE, alors président du Conseil économique, social et environnemental).

C'est pourquoi son champ s'est étendu, en particulier dans le secteur public où prenant acte de la nécessité d'associer tous les acteurs à la recherche du progrès et de la performance, la loi du 5 juillet 2010 de "rénovation du dialogue social dans la fonction publique" veut faire du dialogue social un véritable levier de progrès au bénéfice des usagers et des salariés dans chacune des trois fonctions publiques.

Mais si des progrès sont intervenus, ils restent encore loin d’être généralisés, faute d'un accompagnement suffisant des acteurs dans la responsabilité -particulièrement complexe - de mettre en œuvre et faire vivre un dialogue social de qualité.

Car si l’on parle parfois de culture du dialogue social, il est encore mieux à notre sens de préférer, et donc valoriser, la pratique du dialogue social, car celui-ci n'existe vraiment qu'à travers sa mise en œuvre. Une telle pratique a ses exigences : bien évidemment, condition impérative, une écoute mutuelle, mais aussi une capacité à anticiper l'avenir, le courage d'assumer les différences, et une volonté d'affronter lucidement les évolutions de l'environnement

La négociation sociale, moment particulier du dialogue, nécessitera donc pour aboutir aux meilleurs résultats :

  • des acteurs légitimes et responsables. Pour négocier, il faut disposer d'un mandat clair et d'un pouvoir de décision, dans des limites bien précisées. Chaque négociateur doit avoir la capacité à engager celui/ceux qu'il représente, y compris par la prise d'initiatives ;
  • une sincère volonté d'aboutir, en intégrant notamment la double notion de progrès et de compromis acceptable par la totalité ou au moins la majorité des acteurs ;
  • de la loyauté et du respect. Ce qui n'est pas toujours le cas : réunions annulées ou reportées soudainement, changement sans raison valable des acteurs de la négociation, documents adressés au dernier moment ;
  • une réelle expérience/pratique des acteurs, voire une expertise. D'où la question primordiale de la formation/professionnalisation

Appréhender pleinement les enjeux du dialogue social, mieux maîtriser sa pratique, l’intégrer véritablement dans ses propres principes et outils de management… ce sont les objectifs que devraient se fixer tous ceux qui ont en charge -au quotidien comme dans les moments de concertation, de négociation ou même de conflit social- de faire vivre un dialogue social de qualité, c'est-à-dire de progresser dans l'écoute, l'échange, et la recherche des meilleures solutions, basée sur des buts connus et partagés, et sur l'engagement de chacun.

Nous proposons de les accompagner dans leur volonté de maîtriser pleinement les principes, les règles, les pratiques du dialogue social.

Accompagnement qui va concerner en premier lieu l'équipe de direction et, à préciser avec le Directeur et le DRH, les responsables de services nombreux ou réputés difficiles au plan social.

Accompagnement qui pourra prendre des formes diversifiées auprès des managers concernés : groupe de travail, échanges individuels, participation à des réunions avec les équipes et/ou les représentants syndicaux…

Seront notamment approfondis les principes et pratiques de concertation, information, consultation, négociation, relatifs à l'ensemble des composantes du dialogue social : les thèmes, les contenus, les niveaux, les acteurs, les modes de mise en œuvre… adaptés bien évidemment aux contextes, objectifs, spécificités des organisations, directions et services dont ils ont la charge.