Novembre 2002 - Numéro 12

Réussir sans renier sa féminité

Erica Battistone

Savez-vous que les tâches domestiques et les soins aux enfants représentent environ 33 heures par semaine en moyenne pour les femmes et seulement 16h30 pour les hommes ? Ce qui veut dire que les femmes cumulent deux emplois à plein temps lorsqu'elles sont entièrement intégrées dans la vie active. Quelles en sont les raisons ? Pourquoi les femmes en choisissant d'exercer une activité professionnelle, ont dû continuer à assumer à elles seules les courses, la cuisine, le ménage, les couches culottes…, devant parfois renoncer à "prendre soin d'elles" ? Tout simplement parce que leur accès à l'emploi, n'ayant pas été conçu comme un droit à l'égalité professionnelle entre les sexes, n'a pas été accompagné d'une participation égale des hommes à la charge parentale.

Le partage des rôles entre les hommes et les femmes n'a donc guère évolué, les institutions et les structures sociales n'ont pas été réformées, l'organisation du travail n'a pas changé.

Les femmes actives sont dès lors contraintes à une articulation minutieuse entre les différents "temps sociaux" qui composent leur vie (temps de travail, temps domestique, temps parental, temps psychologique…).

Aujourd'hui le regret est grand de n'avoir pas su saisir les opportunités offertes par le passage aux 35 heures. Parce qu'une telle mesure constituait un formidable outil de réorganisation du travail, elle devait conduire à une nouvelle appropriation du temps libéré plus égalitaire entre les hommes et les femmes. En réalité, si la RTT permet un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée et influence directement les rythmes et les usages du temps, elle a, en revanche, très peu modifié la répartition sexuelle des tâches domestiques et parentales.

Alors, après ces expériences restées insatisfaisantes, quoi de plus naturel que les femmes "veuillent plus". Après l'indépendance financière et l'émancipation… elles revendiquent le droit de pouvoir concilier carrière professionnelle et vie privée sans avoir à choisir entre l'une ou l'autre.

L'égalité des sexes, loin d'être un slogan, est une revendication qui doit aujourd'hui impacter l'ensemble des sphères économique, institutionnelle et culturelle. Et pour cela les femmes ne man-quent pas d'arguments. Diplômées comme les hommes elles pourront contribuer à changer les pratiques et les règles du jeu si les entreprises leurs permettent d'accéder de plus en plus à des postes à responsabilité. En se plaçant sur le terrain constructif de la négociation, d'une meilleure écoute, d'une nouvelle organisation du travail… les femmes sont porteuses de solutions positives et pragmatiques.

Ainsi, il leur revient, à mon sens, d'assumer pleinement leurs rôles de :

  • manager. Parce qu'elles préfèrent l'action au formalisme, elles sont à même d'accélérer la mise en place de modes de fonctionnement et de pratiques managériales plus performants. C'est en s'appuyant sur la diversité des attitudes et des comportements que nous renouvellerons le rôle des cadres, renforcerons les mécanismes de délégation, développerons le travail en équipe…
  • membre de la "société civile". Parce qu'elles font face à une gestion du temps très serrée et souhaitent bénéficier de plus de temps "pour elles", les femmes doivent être porteuses de projets permettant une meilleure coordination des temps sociaux. A l'instar de l'expérience italienne, elles doivent solliciter les municipalités afin de mieux coordonner le temps et l'espace par la mise en œuvre d'une politique des "temps de la Ville" (harmonisation des horaires des crèches, des transports, des services publics… avec les nouveaux rythmes de vie des habitants).
  • facilitatrice de l'évolution des mentalités. Au travers des actes quotidiens il faut agir contre les idées reçues. Partager le rôle de mère avec les pères et communiquer sur l'importance que revêt l'implication de ces derniers dans la vie parentale. Réinventer la place des hommes et des femmes dans l'éducation des enfants mais aussi tout simplement au sein du couple. Sortir du modèle traditionnel tous les stéréotypes qui freinent l'instauration de l'égalité dans les comportements quotidiens.

Il est grand temps de travailler ensemble pour faire évoluer les schémas traditionnels en s'inspirant des modèles suédois, danois ou finlandais. C'est en partageant leurs expériences et leurs aspirations… avec les hommes que les femmes trouveront un compromis et réduiront intelligemment les inégalités entre les sexes. Il sera alors possible de construire une société où elles auront la possibilité de poursuivre un objectif professionnel sans sacrifier leur féminité et obtiendront un équilibre qui englobe le travail et la famille mais aussi les voyages, les loisirs, les passions…