Janvier 2004 - Numéro 17

2004

À peine le temps de vous adresser (par ailleurs…) nos vœux, et c'est déjà la grande question : à quoi ressemblera 2004 ?

Rapide retour sur 2003 : une appréciation globalement positive. Dans un contexte économique difficile, vous avez continué à nous témoigner votre confiance. Cela nous conforte dans nos choix, nous confirme que le cocktail JPC "professionnalisme, réactivité, travail d'équipe" est encore perçu comme un avantage concurrentiel.

L'année passée a aussi vu le lancement de partenariats d'importance : l'Adetef (interventions en Ukraine et à Madagascar), PriceWaterhouseCoopers (proposition conjointe retenue par le Ministère des Finances), Objectiva (offre globale organisation / solution informatique).

D'où nos priorités pour 2004 :

Consolider et développer ces rapprochements.

Au quotidien, faire mieux, encore et toujours.

Mais aussi faire mieux connaître. Car si vous savez qui nous sommes, vous nous avouez souvent ne pas bien savoir ce que nous faisons. C'est pourquoi notre site internet se modernise et s'enrichit. Vos réactions sont attendues.

2004 : toujours à votre service. Et sans jamais renoncer à nos valeurs.

Une nouvelle donne du conseil ?

Matthieu Fauret

Chers clients : vous changez !

Tendance très forte de ce début de millénaire, la demande de conseil évolue, pour diverses raisons. Les commanditaires ont tout d'abord affiné l'analyse et l'expression de leurs attentes. Ils sont désormais habitués à travailler avec des consultants et de plus en plus de cadres issus des sociétés de conseil évoluent dans le monde de l'entreprise.

L'exigence accrue de valeur ajoutée de la part des clients apparaît de plus en plus nettement et rime avec évaluation.

Les donneurs d'ordre, enfin, affectionnent le concept de "guichet unique" – c'est particulièrement vrai en ce qui concerne les systèmes d'information – qu'offrent des prestataires "ensembliers" capables d'une prise en charge globale des projets, incluant notamment l'implémentation du progiciel adéquat. Face à ces évolutions, les consultants doivent s'adapter pour continuer à séduire.

Ce souhait de globalité fait disparaître les clivages dans le paysage du conseil et renforce, tendance amorcée depuis quelques années déjà, les rapprochements entre mastodontes – "organisateurs" et informaticiens principalement. L'activité d'audit apparaît de plus en plus isolée. Ce qui préfigure un marché bi-polaire occupé, d'une part, par des multinationales, d'autre part, par des spécialistes présents sur des niches, appelés désormais à construire des alliances avec d'autres pour répondre au marché.

Une vision sur laquelle les spécialistes –consultants en tête- semblent s'accorder. Géants du conseil et "petits" sont condamnés à cohabiter. Affirmons le clairement, JP Conseil se positionne dans la seconde catégorie.

Oui, nos clients apparaissent de plus en plus aguerris au recours à un conseil externe. C'est particulièrement net en ce qui concerne les établissements publics et les grandes entreprises. Nous constatons un souhait accru de la part des commanditaires de cerner la valeur ajoutée de l'intervention ou du livrable, de l'évaluer, voire de la mesurer. Et si elle n'est pas immédiatement perceptible, les clients ne s'engagent pas dans la démarche. Les "vaches à lait", grandes consommatrices de consultants à l'occasion du passage à l'euro, du bug de l'an 2000, du développement des technologies de l'information et de la communication… se font de plus en plus rares. Les directions des achats ont toute légitimité dans le choix des prestataires externes et leur agrément est nécessaire y compris pour des prestations intellectuelles. Rigueur budgétaire et limitation des risques sont à l'ordre du jour. Ce qui, associé à la rareté de la demande, participe au rétrécissement du marché pour les "petits".

En tant que spectateurs nous vivons le jeu de monopoly auquel se livrent les "grands" du conseil, assistons à la démesure des sommes engagées et des effectifs concernés, percevons les enjeux de tels rapprochements en termes d'offre globalisée notamment. Nous imaginons aussi les biais de pareils partenariats : l'organisateur a-t-il intérêt à proposer des solutions qui prendraient le contre-pied du progiciel créé par une filiale du groupe auquel il appartient ? L'outil s'adaptera-t-il à l'organisation ? Et quel est l'avenir des structures de taille moyenne ? Sont-elles condamnées à disparaître ou à être absorbées ?

Oui, nous devrons notre salut, demain encore plus qu'hier, à la faculté, d'une part, de nous positionner sur des marchés émergents pour élargir notre gamme de produits et, d'autre part, de construire des alliances pour accompagner des projets – informatiques inclus - dans leur globalité. Et de continuer, bien évidemment, à produire du sur mesure, à entendre les préoccupations du client et à dynamiser l'organisation.

Au delà du chamboulement du paysage du conseil et de l'évolution de la demande, quelle définition donner au conseil ? Le consultant, solution miracle fondée sur la double caractéristique "expertise" / "regard extérieur", devrait allier théorie et pratique, analyser rapidement, mais avec finesse, les modes de fonctionnement, reformuler les problématiques, déceler les enjeux, stratégies, jeux d'acteurs qui habitent la structure, s'y impliquer sans en faire partie, préconiser à un instant donné des solutions suivies sur le court, moyen ou long terme… et à ces fins s'appuyer sur un savoir-faire dont les fondements ne font pas l'objet de normes. Paradoxes et ambiguïtés seraient inhérents à l'activité de conseil…

Avec le recul de bientôt 10 années d'existence, il est possible de décomposer notre activité de conseil. Nous sommes :

Experts, par la capacité à proposer des solutions "techniques" mobilisant des compétences clairement identifiées.

Animateurs, en permettant aux acteurs de s'exprimer, en insistant sur le "participatif" comme vecteur de légitimité des axes proposés, en dynamisant en cas de statu quo, en relançant la négociation, en faisant prendre du recul par notre œil neuf, notre vision extérieure, nos questions –faussement- naïves.

Catalyseurs et partenaires du changement surtout, en étant force de proposition mais en favorisant l'autonomie, en impulsant, en transférant des méthodologies, en aidant les commanditaires à formaliser leurs idées, à les reformuler et les mettre en perspective, à développer une approche stratégique et à s'approprier les outils. Il nous faut jauger la capacité qu'a l'organisation de changer et donc proposer des objectifs à court, moyen et long termes que les acteurs pourront s'approprier, en excluant le consensus mou ou un re-engineering destructeur. Nous ne faisons pas à la place de nos clients. Nous mettons les directions face à leurs responsabilités, restons ouverts aux remarques des syndicats, respectons la confidentialité des propos des personnes rencontrées.

À vous de juger si nous répondons à vos attentes.

Élysée - 27 janvier 2004

Les 234 responsables d'entreprises françaises, dont JP Conseil, adhérentes au Pacte Mondial sont réunies à l'Élysée pour entendre MM. Chirac et Kofi Annan dresser le bilan de l'année 2003.

Parmi les phrases qui nous réjouissent : "une entreprise qui s'engage sur la voie de la RSE est une entreprise qui a confiance en elle". C'est notre cas. L'équipe avait unanimement décidé il y a un an de faire partie de la première vague des 25 signataires français.

Évolution du site jpconseil.fr

Avec l'aide d'Objectiva, la nouvelle mouture de notre site a été récemment mise en ligne. Au delà des améliorations graphiques et techniques, l'objectif affirmé est de renforcer le caractère informatif du site. Nous serons ainsi amenés à prendre position sur un thème d'actualité en rapport avec nos missions, à interviewer un membre du réseau JP Conseil (chef d'entreprise, haut fonctionnaire, syndicaliste, chercheur...), à donner la parole à l'un de nos clients pour un retour d'expérience... (documents sous format PDF).

Dernièrement, Marie-José d'Andrade, Directeur du Département Management Groupe & Fonction RH, s'est exprimée sur l'Observatoire social du Groupe Banque Populaire auquel nous collaborons activement depuis sa création. N'hésitez plus à visiter le site !